LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
Jean-Marie MAGNIEN
Tel : 06 64 03 16 17
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
 
Vign_stage_fauconnerie

 Cliquez sur les liens pour retrouver

LES EFFAROUCHEURS 

DU CIEL

 

Sur youtube

Sur Facebook

Sur Google +

Télécharger :
Traitement podagre :

Cette video vous explique comment lutter efficacement contre le podagre. Cette technique peut être à utiliser en prévention, dés la formation du podagre, ou après une opération en accord avec votre vétérinaire traitant.

Cette video est en complément du document pdf : "traitement podagre" qui est à télécharger ci-dessus.

Un grand merci à Marie Pierre PUECH, vétérinaire à Gange dans le Gard, fondatrice du centre de soins de la faune sauvage "le Goupil" : ( http://www.loupic.com/Centre-de-Soins-pour-la-Faune.html ) de m'avoir appris cette technique de soins.

 
 
  












































































































 
 
 
 
Clinique Réservée aux N.A.C.




26 Chemin de la glacière
31200 TOULOUSE
Tél. 05 61 57 99 63
Mobile : 06 67 65 73 08
vetonac@voila.fr

Horaires et jours d'ouverture:
Du Lundi au Vendredi: de 9h à 12h et de 15h à 19h
Samedi: de 9h à 12h et de 15h à 18h

Médecine et chirurgie des animaux de compagnie.


Site internet :
Visite prophylactique :
 





 
Vign_Faucon_sacre_de_fauconnerie
LES MALADIES
Les maladies :
Les maladies zoonoses :

Maladie contagieuse qui peut être transmise des animaux à l’homme et vice versa. La transmission peut se faire directement de l’animal à l’homme par contact, morsure, griffure, par l’ingestion d’eau ou de végétaux pollués par les fientes.





Aspergillose :

Il s’agit d’une mycose à prolifération rapide. Elle est à l’origine du plus grand nombre de mort chez les rapaces en captivité (15 à 30%). Elle affecte le plus souvent l’appareil respiratoire mais la mort ne vient pas de cette insuffisance, elle est provoquée par les effets des aflatoxines (toxines produite par le champignon).

On trouve deux formes d’aspergillose :

Aigüe : Après une incubation de quelques jours, les oiseaux décompensent brutalement, on note un abattement important, des dyspnées et la mort suit en quelques jours.

Chronique : C’est la forme la plus courante et les premiers signes passent par une modification ou une perte de la voix. Ensuite, on note une perte de poids progressive, une diminution de l’appétit et l’apparition des signes respiratoires. La mort s’en suit généralement assez vite. L’évolution peut être variable suivant la résistance de l’hôte.

Le diagnostic est souvent difficile au départ et des examens complémentaires sont souvent nécessaires (radiologie, endoscopie, prise de sang (biochimie sérologie), ou encore une mise en culture d’un prélèvement par écouvillon trachéal).

Traitement : Il est souvent long et très stressant pour l’oiseau. On note tout de même une bonne efficacité de l’itraconazole, le sporanox, le triflucan, le ketofungol par voix orale et l’imaveral ou le clinafarm en fumigation.
Le traitement peut être mis en place à titre préventif sur un groupe d’oiseau suspecté par exemple.



Coccidiose :

Sur un plan général, la coccidiose aviaire est une infection parasitaire grave de l'intestin, que l'on rencontre dans toutes les régions du globe. En dépit des progrès qu'a amenés la chimiothérapie, la coccidiose demeure un problème majeur auquel les tous les détenteurs d'oiseaux doivent faire face.

Très courante et souvent mortelle en cas de non-traitement rapide, cette maladie, due à la présence de parasites microscopiques (protozoaires du genre Isospora, se manifeste par une diarrhée plus ou moins sanglante, un amaigrissement, des plumes ébouriffées. Les coccidies sont des protozoaires unicellulaires microscopiques, considérés comme étant spécifiques aux espèces, ce qui signifie que les coccidies des merles ne peuvent infester les pinsons et vice-versa. La gravité de l'infection est proportionnelle au nombre d'ookystes infectieux ingérés. Les oiseaux les plus sensibles sont surtout ceux dont l'état nutritionnel est faible (d’où l’intérêt de faire voler les oiseaux au plus haut poids).
Dès son ingestion, l'ookyste débute son cycle de vie dans la muqueuse intestinale ou paroi interne, provoquant ainsi des dommages cellulaires. Selon l'espèce en cause, les ookystes sont rejetés dans un intervalle de quatre ou huit jours. 
Leur incubation de douze ou même trente heures dans un environnement humide et à des températures qui varient entre 20 et 30 °C permet la sporulation des ookystes qui deviennent alors infectieux. C'est la raison pour laquelle les oiseaux élevés à l'extérieur seront plus sensibles à l'infection au printemps et en été.
Agent pathogène ou Vecteur : protozoaire du genre Isospora.

Symptômes : Les oiseaux touchés d'une infection clinique sont pâles, affaissés, amaigris, ils ont des plumes hérissées et des fientes teintées de sang ou présentent une diarrhée plus ou moins sanglante.

Contagiosité : très contagieuse par les contacts avec les déjections des oiseaux atteints. Un équipement malpropre, des cages de transport et des chaussures souillées sont tout autant de formes possibles de transmission de la maladie. 

Traitement : La sulfaquinoxaline, la sulfaméthazine ou une combinaison des deux sont utilisées de préférence dans l'eau, quoiqu'elles puissent être ajoutées à la nourriture. Comme elles sont vendues en concentrations variables, on doit toujours vérifier les directives inscrites sur l'emballage afin d'appliquer la dose prescrite.


Chlamydiose aviaire ou psittacose :

Elle est causée par une bactérie gram négative (Chlamydophila (C.) psittaci). Cette maladie est une zoonose, c'est-à-dire transmissible de l’animal à l’homme, elle doit donc être traitée avec une grande vigilance même si elle n’est que rarement mortelle chez l’humain.
Suite à une étude réalisée sur 376 espèces, on note que les psittacidés et les pigeons ont le plus fort taux d’infection.
La contamination se fait par la mise en suspension dans l’air de particules respiratoires ou de fientes mais le plus couramment par l’inhalation ou l’ingestion de substances infectées.
Un soin particulier doit être apporté au nettoyage du matériel de nourrissage car la bactérie peut y survivre pendant 30 jours.

Signes cliniques : On repère une infection respiratoire mais également des jetages nasaux et oculaire micropirulents.
L’incubation est de 3 jours à plusieurs semaines. Les jeunes oiseaux y sont tout particulièrement sensibles.

Diagnostic : Il est rendu très difficile à cause d'infections persistantes, sans signes cliniques chez les oiseaux. La meilleure méthode reste l’isolement de la bactérie par PCR (recherche de l’ADN de la bactérie dans le prélèvement) et le titrage des anticorps traduisant une infection passée ou présente.

Traitement : Il n’existe pas de vaccin commercialisé. Les vétérinaires conseillent généralement l’euthanasie de l’animal. Cependant, il peut être soigné sous antibiothérapie.


Ascaridiose :

Elle se traduit par une prolifération de vers dans les intestins. Elle provient souvent d’une grande négligence de la personne ayant en charge l’entretien des oiseaux.

Signes cliniques : boulimie, perte de poids

Traitement préventif : par une bonne politique sanitaire générale et une vermifugation suivie des oiseaux.


Trichomonose :

Il s’agit d’un flagellé digestif pouvant se retrouver dans les sinus. Tous les oiseaux sont sensibles à cette affection. Les pigeons adultes sont porteurs chroniques et contaminent les jeunes au nid par voie buccale. Les rapaces se contaminent en consommant les oiseaux porteurs chroniques.

Symptômes : Elle se manifeste par des ingluvites (inflammation du jabot) et des disphagies (mauvaise alimentation à cause des abcès). On peut également trouver des abcès infra ou supra orbitaires.

Traitement : Elle se soigne avec des anti-flagellés (spartrix, flagyl).


 
 POLITIQUE VÉTÉRINAIRE 
DES EFFAROUCHEURS DU CIEL
 
Politique vétérinaire des effaroucheurs du ciel :

Elle est de tous les jours, par l’observation des oiseaux : un oiseau malade se décèle par un changement de comportement.

Au fil du temps, le fauconnier connaît bien ses oiseaux, que ce soit  leur aspect physique,  leur vol ou  leur comportement.

C’est le nourrisseur qui est à même de déceler un trouble du comportement. Cependant, pour le diagnostic, seul un vétérinaire est compétent.

Les effaroucheurs du ciel ont choisi le docteur Monsieur Christophe FEIX d'une clinique vétérinaire spécialisé pour les N.A.C (www.clinique-nac.com) à TOULOUSE.

Le docteur, Monsieur Christophe FEIX, a une spécialisation ornithologique et il est fauconnier, il réalise au besoin toutes les interventions chirurgicales nécessaires sous anesthésie, avec un procédé à base de gaz (isoflurane).

Ce principe est doublement avantageux :

-l’anesthésie traditionnelle pour les oiseaux est très difficile à doser, ce qui peut être fatal pour le patient
-il n’y a pas de phase de réveil, dès que l’on enlève le masque à l’oiseau, il sort de l’anesthésie.
 
Malgré l’observation journalière de l’oiseau et de ses fientes, nous procédons une fois par mois à une visite prophylactique de chaque oiseau où est vérifié :

-L’aspect général.
-Le plumage.
-L’absence de parasites externes.
-La cire du bec.
-Les tarses.
-Les serres.
-La sole.
-La langue.
-L’intérieur du bec.
-Le cloaque.
-Les yeux.
-Les narines

S’il y a besoin la taille du bec est réaliser à l’aide d’une pince coupante, d’une lime à ongles et d’une drémelle.

À chaque changement de saisons tous nos oiseaux sont vermifugés.

Rapace trouvé :
Vign_art1619-fl-circate-jean-le-blanc_
Si vous trouvez un rapace ou un animal sauvage en difficulté, les premiers gestes sont décris sur cette page du centre de soins "Le Goupil" : http://www.loupic.com/Centre-de-Soins-pour-la-Faune.html , dont la fondatrice est le vétérinaire Marie Pierre PUECH 
 
Vign_Jean_Marie_MAGNIEN_fauconnier
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
 
Jean-Marie MAGNIEN

Titulaire des certificats de capacité
élevage et présentation public
Habilité transport faune sauvage
Autorisation ouverture d’établissement
Agrément chasse au vol
Piégeur agréé

Adresse :
Village perdu au cœur des Cévennes aux alentours d'Alès 30100

Tel : 06 64 03 16 17

E-mail : leseffaroucheursduciel@bbox.fr
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL © 2010