LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
Jean-Marie MAGNIEN
Tel : 06 64 03 16 17
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
 
Vign_stage_fauconnerie

 Cliquez sur les liens pour retrouver

LES EFFAROUCHEURS 

DU CIEL

 

Sur youtube

Sur Facebook

Sur Google +

Avec aigrettes :
Vign_fotolia_6332618_xs
 Les hiboux
Sans aigrette :
Vign_fotolia_5867623_xs
Les chouettes
Grand duc européen :
Vign_fotolia_19499392_xs

Bubo bubo
Strigidés
Strigiformes
Annexe II/A





Grand duc européen :
Vign_fotolia_19011561_xs

Bubo bubo
Strigidés
Stigiformes
Annexe II/A

















Grand duc européen :
Vign_fotolia_25296189_xs

Bubo bubo
Strigidés
Stigiformes

Annexe II/A














Grand duc européen :
Vign_fotolia_19628886_xs

Bubo bubo
Strigidés
Stigiformes
Annexe II/A



















Grand duc de virginie :
Vign_fotolia_5294921_xs

Bubo virginanus
Strigigés
Strigiformes
Annexe II/B
Arrêté de Guyane







Grand duc de Virginie :
Vign_fotolia_5293033_xs

Bubo virginatus
Strigigés
Strigiformes

Annexe II/B
Arrêté de Guyane









Grand duc de Virginie :
Vign_fotolia_21768933_xs

Bubo virginanus
Strigigés
Strigiformes

Annexe II/B
Arrêté de Guyane









Grand duc de virginie :
Vign_fotolia_7773317_xs

Bubo virginanus
Strigigés
Strigiformes

Annexe II/B
Arrêté de Guyane













Chouette hulotte :
Vign_fotolia_11869987_xs

Strix aluco
Strigidés
Stigiformes
Annexe II/A





















Chouette hulotte :
Vign_fotolia_22813936_xs
Strix aluco
Strigidés
Stigiformes

Annexe II/A
















Chouette hulotte :
Vign_fotolia_10657082_xs
Strix aluco
Strigidés
Stigiformes

Annexe II/A















Chouette hulotte :
Vign_fotolia_5867623_xs
Strix aluco
Strigidés
Stigiformes

Annexe II/A

















Chouette effraie :
Vign_fotolia_13798168_xs

Tyto alba
Tytonidés
Strigiformes
Annexe II/A
Arrêté de Guyane













Chouette effraie :
Vign_fotolia_9898314_xs

Tyto alba
Tytonidés
Strigiformes
Annexe II/A
Arrêté de Guyane














Chouette effraie :
Vign_fotolia_6234051_xs

Tyto alba
Tytonidés
Strigiformes
Annexe II/A
Arrêté de Guyane















Chouette effraie :
Vign_fotolia_11601726_xs

Tyto alba
Tytonidés
Strigiformes

Annexe II/A
Arrêté de Guyane


















 
Vign_Hibiu_fauconnerie
 
RAPACES NOCTURNES


Les rapaces nocturnes devraient vivre la nuit et dormir le jour. Cependant, contrairement aux idées reçues, ils ne voient pas dans le noir total. Par contre, ils ne sont pas incommodés par le jour. Certains nocturnes peuvent chasser la journée. 
Je trouve le terme crépusculaire bien plus approprié . En effet, il chasse plutôt à la tombée de la nuit ou les jours de pleine lune.




Vous trouverez sur cette page des renseignements sur certains oiseaux nocturnes, employés fréquemment en fauconnerie.


Des oiseaux avec aigrette :


Hibou grand duc Européen
Hibou grand duc de Virginie






Des oiseaux sans aigrette :


        Chouette hulotte
Chouette effraie
Le grand duc européen :

Il permet de parfaire le harcèlement des nuisibles, une fois la nuit arrivée, notamment pour les pigeons dans les clochers d’église. Le fait de maintenir une prédation nocturne sur nuisibles s’avère très efficace.

Vign_fotolia_19481937_xs
 
Description :

Le grand-duc d'Europe est le rapace nocturne le plus grand de la famille des Strigidés. Il a le plumage brun roux tacheté de bar sombre sur le dessus, et sur le dessous. Sa grosse tête est orné d'aigrettes et de grands yeux jaune orangé.


Ordre  : Strigiformes
Famille  : Strigidés
Espèce  : Bubo bubo


Mâle Femelle

Taille  : 60cm : 70cm
Envergure  : 160cm : 188cm
Poids  : 1,8Kg : 2,5Kg


Statut 
: Annexe II/A.
Longévité 
: En nature 21 ans et 28 en captivité.
Distribution 
: Eurasie, une partie de l'Afrique
Estimation des couples
: Europe 20 000, France 1 649 couples (Alpes 300, Ardennes 4, Bourgogne 28, Languedoc 180, Lorraine 17, Massif Central 700, Massif du Jura 60, Provence 250, Pyrénées 100, Vosges 10).
Dimorphisme sexuel  : Femelle 1/3 plus grosse que le mâle


Habitat :

Le grand-duc n'est pas lié un habitat particulier. Il vit dans des milieux extrêmement variés. Ce qui lui a permis de coloniser une grande partie de l'Europe. Cependant il affectionne les milieux forestiers escarpés avec des falaises.

Régime alimentaire :

Le hibou grand-duc  fait preuve d'opportunisme. Il se nourrit des espèces qui abondent dans son territoires. Il chasse aussi bien les rongeurs, les hérissons, les lièvres, les lapins, les écureuils, les corvidés, les perdrix, les rapaces de taille plus petite que lui notamment le faucon pèlerin.


Mode de vie :

Le hibou grand-duc est un oiseau sédentaire qui vit souvent en couple. Ils sont actifs au crépuscule et pendant la nuit mais connaissent une baisse d'activité après mi-nuit. ils peuvent très bien chasser de jours notamment en période de reproduction. 


 Techniques de chasse : 

Le hibou grand-duc à des techniques de chasse variée. Il chasse aussi bien à l'affût  les hérissons, les rongeurs,  en volant en rase-mottes ils s'attaquent aux  lièvres, aux pigeons, ou en marchant  il cueille les lézards, les vers de terre. il est capable de soulever une proie pesante au moins trois kilos de tuer un renard adulte.  Malgré son imposante taille il est capable de capturer des chauves-souris en vol. il peut être nécrophages et s'alimenter sur des carcasses de chevreuil par exemple.


 Maturité sexuelle :

À l'âge d'un an il est capable de se reproduire.Le couple peut durer toute une vie si le territoire à des ressources suffisantes.

 Parades nuptiale :

Les couples se forment en automne et on peut y observer quelques parades. Cependant les parades nuptiales liées à la nidification débuteront en février mars.À l'occasion  des vols nuptiaux le grand-duc provoque des claquements d'aile. Le chant  leurs sert  à marquer leur territoire de nidification. Les femelles et les mâles non appariés chantent bien plus que les couples déjà unis. Le mâle fait des offrandes à la femelle bien avant la pondaison toujours aux mêmes endroits à proximité du nid.


 Nid :

Le hibou grand-duc ne construit pas de nid a proprement dit, il se contente de  de créer une cuvette en grattant le sol. Les premiers grattages de sol débutent  avec les parades nuptiales de nidification. Il affectionne tout particulièrement les falaises inaccessibles. Il peut aussi utiliser ou subtiliser le nid d'un corvidé ou d'un rapace diurne.

 Nombre oeufs :

La femelle pond suivant les régions de la mi-décembre à la fin mai avec un pic au mois de mars, entre deux et trois oeufs ( jusqu'à cinq).

 Incubations :

La femelle assume seule la couvaison pendant 34 jours. Le mâle la ravitaille en lui amenant des proies. Une fois éclos les poussins pèsent 60 g. Ils sont recouverts d'un duvet blanchâtre. À l'âge de 16 jours ils  commencent de tenir sur leur tarses  ils y arriveront à  marcher à quatre semaines et se tiendront à proximité du nid. Ils arriveront à voler vers l'âge 10 semaines.

 Émancipation :

Les jeunes grands-ducs savent chasser une façon autonome à l'âge de 5  mois et ils peuvent ainsi se disperser du territoire  familial.


Signes particuliers :

Le grand duc étant le mieux armé (vol silencieux, vue nocturne, localisation des proies à l’ouïe), il est en haut de la chaîne alimentaire pouvant terrasser un aigle royal.
Le hibou grand-duc et le faucon pèlerin affectionnent tout particulièrement les grandes falaises pour nicher. Leur cohabitation est improbable car le hibou grand-duc finit toujours par  se nourrir du faucon pèlerin. Ceci est un handicap naturel pour le retour de ce magnifique faucon.
On ne sait pas comment le hibou grand-duc s'y prend pour tuer et décharner un hérisson. En effet, les coussinets de leurs pattes étant très sensibles, on ne comprend pas comment il arrive à effectuer cette tâche sans se blesser.


Le grand duc de Virginie :
Il permet, lui aussi, de continuer le harcèlement des nuisibles, la nuit tombée, grâce à son bon vol d’amont qui lui permet de monter relativement facilement sur les toits. Il est très efficace pour des campagnes d’effarouchement en ville.
Vign_fotolia_4431256_xs
 
Description :

Le grand-duc de Virginie a le plumage qui peut varier du gris au roux. Il est rayé horizontalement de blanc sur le dessous.


Ordre  : Strigiformes
Famille  : Strigidés
Espèce  : Bubo virginianus


Mâle Femelle

Taille  : 58cm : 69cm
Envergure  : 156cm : 185cm
Poids  : 1,1Kg : 2,2Kg


Statut 
: Annexe II/B/G.
Longévité 
: En nature 13 ans et 25 en captivité.
Distribution 
: Amérique du nord
Dimorphisme sexuel  : Femelle 1/3 plus grosse que le mâle
 


Habitat :
Le hibou grand-duc de Virginie est très largement répandu en Amérique et à coloniser différents types de milieux. Des steppes, aux forêts en passant les parcs des villes. 


Régime alimentaire :

Le grand-duc de Virginie chasse des petits et moyens mammifères tels que lièvres, lapins, ratons laveurs, rats, écureuils, souris, taupes, campagnols, marmottes, chats, musaraignes, chauves-souris, belettes et gerbilles.
Il s'attaque aussi aux  oiseaux en particulier les foulques et les canards, et occasionnellement des rapaces nocturnes et diurnes.

 Mode de vie :

Le hibou grand-duc de Virginie vit en couple et défend scrupuleusement son territoire de chasse.

 Techniques de chasse :

Il chasse à l'affût aux abords des carrières et des milieux découverts.

Maturité sexuelle :

Le hibou grand-duc de Virginie arrive à maturité sexuelle vers l'âge deux ans.

Nid :

Les hiboux grands-ducs de Virginie prennent le plus souvent un nid inutilisé d'autres grands oiseaux, en ajoutant parfois des plumes pour garnir le nid. Il peut aussi se contenter d'une cavité  dans un arbre ou d'une cuvette dans un rocher.

 Nombre d'oeufs :
 
La femelle pond, au printemps ou au début de l'été, généralement 2 œufs ( 1 à 5) par couvée. Il peut y avoir deux couvées par an.

 Incubation :

La période d'incubation varie de 30 à 37 jours, en moyenne 33.

1er envol :

La couvaison est presque continue. Les jeunes hiboux passent branchiers à 6 semaines et commencent à voler environ trois mois plus tard.

 Émancipation :

Les descendants ont toujours été vus mendiés de la nourriture à la fin octobre (5 mois après avoir quitté le nid) et la plupart ne se séparent de leurs parents qu’au moment où ils commencent à se reproduire pour la couvée suivante (généralement Décembre).
Les oiseaux ne seront mâtures sexuels que vers l’âge de deux ans, et seront souvent des vagabonds jusqu'à ce qu'ils s'accouplent et établissent leur propre territoire.

Signe particulier :

Le grand duc de Virginie a un très bon vol d’amont. Même remarque que pour le grand-duc européen, on ne sait pas comment il s'y prend  pour tuer et décharné les porcs-épics.



La chouette hulotte :
Sur les campagnes d’effarouchement des étourneaux, elles sont des alliées très redoutables. En effet, elles permettent, après le travail des buses de Harris de reculer d’au moins 1 h le branchage des volatiles, après la tombée de la nuit. Ceci est très efficace pour précipiter le départ de la vague migratrice de ces nuisibles. Sur des chantiers en ville sur pigeons, elles permettent le harcèlement nocturne.
Vign_fotolia_5867566_xs
 
Description :

La chouette hulotte a l'aspect d'une poupée russe. Elle a une grosse tête avec de grands yeux noirs, et son bec et de couleur claire. Il existe deux couleurs de plumage. Les chouettes culottes sont de couleur grise ou rousse. Quels que soient la coloration elles sont tachetées de blanc, le dessous étant plus clair que le dessus.

Ordre  : Strigiformes
Famille  : Strigidés
Espèce  : Strix aluco


Mâle Femelle

Taille  : 37cm : 39cm
Envergure  : 94cm : 105cm
Poids  : 0,39Kg : 0,55Kg


Statut 
: Annexe II/A.
Longévité 
: En nature 18 ans et 28 en captivité.
Distribution 
: Eurasie.
Estimation des couples
: Europe 290 000, France 100 000 couples.
Dimorphisme sexuel  : Femelle 1/3 plus grosse que le mâle

Habitat :

L'habitat de la chouette hulotte est très varié. Elle peut s'installer aussi bien dans les forêts qu'en plaine ou dans les villes. Il lui suffit juste qu'il y ait des arbres avec des cavités.


Régime alimentaire :

 La chouette hulotte se nourrit principalement de petits mammifères et d'oiseaux. Mais elle est capable de chasser des pigeons, des lapereaux, des chauves-souris, des insectes, des grenouilles.

Mode de vie :

La chouette hulotte vit en couple tout au long de l'année sur un territoire auquel elle est attachée. Hors période de reproduction le couple se sépare mais reste en contact sur deux territoires voisins. La chouette hulotte prend régulièrement des bains de soleil. C'est une espèce très territoriale et qui peut être très agressive envers ses rivaux ou d'autres rapaces nocturnes comme la chouette effraie.

 Techniques de chasse :

La chouette hulotte chasse à l'affût et en vol. Son mode de localisation acoustique étant très performant lui permet de chasser en toute obscurité.

Maturité sexuelle :

La chouette hulotte est capable de se reproduire dès l'âge d'un an.

Parades nuptiales :

Les parades nuptiales commence à l'automne et son d'une grande intensité. Elles s'accompagnent de cris et de vols. Pendant cette phase il y a souvent au sein du couple des caresses et des bécotages. Le mâle  fait les offrandes la femelle.  

Nid :

La chouette hulotte ne construit pas de nid elle recherche des cavités dans les arbres, elle peut aussi nicher aussi dans des bâtiments.

 Nombre d'oeufs :

La chouette hulotte peut pondre de 1 à 7 oeufs, plus généralement de 2 à 4.

 Période d'incubation :

L'incubation dure 29 jours. Elle a lieu fin février et mars.

Couvaison :

La femelle réalise toute seule la couvaison, le mâle la ravitaille. La femelle est rivée au nid qu'elle ne quittera pas même en cas de dérangement.

1er envol :

Les poussins à l'éclosion  pèsent 28 g. Leurs yeux commencent à s'ouvrir à partir du neuvième jour. Ils sont capables de se mettre debout au 16e jour. À trois semaines qui peuvent marcher. On remarque, qu'à cet âge, ils ont l'instinct de grimper ce qui leur servira pour sortir de leur cavité. À l'âge de 30 jours, le savant pas voler, ils s'aventurent à l'extérieur du nid. Alors on les trouve régulièrement sur le sol. Les parents s'occupent de les alimenter. 


Ils savent voler vers le centième jour.  À ce moment, les parents leur apprennent l'art de la chasse. 



  Émancipation :

L'automne suivant les jeunes, s'ils le peuvent, s'installent à proximité du territoire parental.


Signe particulier :

Elle s’endort au poing de son fauconnier, après avoir mangé !
La chouette hulotte, sous ses faux airs de poupées russes, est un rapace très agressif. Elle tue régulièrement des chouettes effraies, des chouettes chevêches, des hiboux moyens  ducs, voire des petits ducs. En période de reproduction elle défend effarouchements sont nid contre tous les prédateurs comme le hiboux grand-duc et les rapaces diurnes. La chouette hulotte, pendant son affaitage, est capable d'attaquer au visage son fauconnier. Notamment quand celui-ci va la chercher à la volière.

La chouette effraie :
Sur les campagnes d’effarouchement des étourneaux, elles sont des alliées très redoutables. En effet, elles permettent, après le travail des buses de Harris de reculer d’au moins 1 h le branchage des volatiles après la tombée de la nuit. Ceci est très efficace pour précipiter le départ de la vague migratrice de ces nuisibles. Sur des chantiers en ville sur pigeons, elles permettent le harcèlement nocturne.
Vign_fotolia_6538972_xs
 
Description :

La chouette effraie, appelée couramment l'effraie des clocher, est un oiseau brun clair sur le dessus tacheté de gris et clair sur le dessous. Son disque facial et blanc. Il existe des individus pratiquement blanches ou noir. Aujourd'hui elle niche tellement au sein des habitations humaines que l'on a oubliées son biotope naturel. 


Ordre  : Strigiformes
Famille  : Tytonidés
Espèce  : Tyto alba


Mâle Femelle

Taille  : 33cm : 39cm
Envergure  : 85cm : 93cm
Poids  : 0,45Kg : 0,46Kg


Statut 
: Annexe II/A/G.
Longévité 
: En nature 13 ans et 20 en captivité.
Distribution 
: Eurasie.
Estimation des couples
: Europe 150 000, France 40 000 couples
Dimorphisme sexuel  : Femelle 1/3 plus grosse que le mâle

Habitat :

La chouette effraie est étroitement liée à l'habitat humain. Cette espèce ne peut constituer de grandes quantités de graisse. De ce fait, elle vit essentiellement en plaine, il est rare de l'avoir au-dessus de 600 m d'altitude.

Régime alimentaire :

La chouette effraie se nourrit principalement de campagnol des champs. Elle consomme aussi en moindre quantité des musaraignes. Suivant les régions elle peut aussi capturer des batraciens.

Mode de vie :
La chouette effraie est essentiellement solitaire en dehors de la période de reproduction. La journée, elle évite les rencontres hostiles blotties dans une cavité. Elle est passée maître dans l'art du camouflage.


 Techniques de chasse :

La chouette effraie chasse l'affût ou en vol battu entrecoupé de planer. Quand elle chasse à l'affût, elle se positionne pendant de courts instants (une à deux minutes) ,sur des perchoirs relativement bas de 1 à 5m, avant de passer au suivant. Grâce à sa mémoire visuelle elle est capable de retrouver son chemin dans le noir total ce qui lui permet de rejoindre son nid qui est souvent situé à l'intérieure  des habitations.


Maturité sexuelle :

La chouette effraie se reproduit à l'âge d'un an.


Parades nuptiales :

Lors des parades nuptiales, il arrive fréquemment que les deux partenaires se disputent notamment tant que la femelle n'est pas disposée à l'accouplement. La chouette effraie et le plus souvent monogame. Il peut arriver qu'elle soit polygame notamment quand les proies prolifèrent. Le mâle apporte des offrandes la femelle et vol en cercle aux abords du site de nidification.


Nid :

Le nid est constitué de pelotes de réjections déchiquetées.

 Nombre d'oeufs :

Étant donné la forte mortalité des premières années la chouette effraie pont  généralement entre 4 et 7 oeufs, souvent plus de 9 à 12 et exceptionnellement jusqu'à 15, il peut avoir 2 pontes.Ces pontes ont lieu généralement en avril mai peuvent s'éterniser notamment en cas de deuxième ponte jusqu'en septembre.


 Période d'incubation :


La femelle couve de 30 à 34 jours.

1er vol : 



Les jeunes à l'éclosion pèsent 14 g et leurs yeux s'ouvrent qu'au bout de deux semaines. Le duvet diffère des autres nocturnes, les deux premières semaines ils ont un duvets néoptile blanc et un second mésoptile gris dessus et blancs jaunâtres dessous qui apparaît à partir de la deuxième semaine. A l'âge de 40 45 jours les jeunes bien que non volant  quitte le nid. À trois mois ils commenceront à voler.

 Émancipation : 

Les jeunes effraies  se dispersent à l'automne mais ne vont jamais très loin, on le retrouve généralement dans un rayon de 20 à 30 km.

Signes particuliers :

On estime les pertes  des jeunes chouettes effraies entre 10 et 20 000 par an en France. Ceci est dû au manque de nourriture et à des collisions avec des clôtures. La plupart des adultes ne dépassent pas l'âge de deux ans. Cependant, les populations se maintiennent grâce à leurs méthodes de reproduction.
Les pelotes de réjection sont recouverts, quand elles sont fraîches, d'un film de salive.
 
Vign_Jean_Marie_MAGNIEN_fauconnier
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
 
Jean-Marie MAGNIEN

Titulaire des certificats de capacité
élevage et présentation public
Habilité transport faune sauvage
Autorisation ouverture d’établissement
Agrément chasse au vol
Piégeur agréé
Tel : 06 64 03 16 17

E-mail : leseffaroucheursduciel@gmail.com
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL © 2010