LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
Jean-Marie MAGNIEN
Tel : 06 64 03 16 17
Page d'accueilPlan du siteContactsAjouter aux FavorisEnvoyer à un ami
 
Vign_stage_fauconnerie

 Cliquez sur les liens pour retrouver

LES EFFAROUCHEURS 

DU CIEL

 

Sur youtube

Sur Facebook

Sur Google +

 
Vign_effarouchement_etourneau
Faucon sacre :
Vign_effarouchement_etourneaux
Falco cherrug
Falconidés
Falconiformes
Annexe II/A

Faucon crécerelle :
Vign_effarouchement_etourneau_fauconnerie
Facol tinnunculus
Falconidés
Falconiformes
Annexe II/B
Arrête de Guyane



Buse de Harris :
Vign_buse_de_harris_effarouchement
Parabutéo unicinctus
accipitridés
falconiformes
Annexe II/B



Autour des palombes :
Vign_autour_des_palombes_effarouchement
Accipiter gentilis
Accipitridés
Falconiformes
Annexe II/A


Hibou grand duc :
Vign_hibou_grand_duc_effarouchement
Bubo bubo
Strigidés
Stigiformes
Annexe II/A


Chouette effraie :
Vign_chouette_effarouchement
Tyto alba
Tytonidés
Strigiformes
Annexe II/A
Arrête de Guyane


 
Vign_effarouchement_etourneau
Télécharger plaquette :
plaqette.pdf (639,63 Ko)
 
Vign_Faucon_sacre_de_fauconnerie

EFFAROUCHEMENT
DES
ÉTOURNEAUX
Effarouchement des étourneaux :
L’objectif :

Il faut précipiter la vague migratrice,  à l’aide de la fauconnerie et à terme,  modifier le trajet migratoire.


La stratégie :

Elle s’étend sur 5 jours consécutifs à partir de l’arrivée d’une vague migratrice. Elle est à renouveler à chaque nouvelle vague.

Une journée se décompose en 3 phases :

Le soir : les oiseaux indésirables sont harcelés pour retarder leur branchage. La nuit venue et à bout de force, les étourneaux finissent par se poser.

La nuit : les nuisibles sont attaqués et se déplacent de dortoir en dortoir plusieurs fois, ce qui crée chez eux un sentiment d’insécurité.

Le matin : les étourneaux sont chassés ce qui provoque leur départ dans la précipitation.

Pendant les opérations, il faut s'assurer que les oiseaux ne choisissent pas un autre site où ils sont indésirables.

Un rapport hebdomadaire vous sera communiqué.


Les moyens :

Les fauconniers seront en permanence en liaison radio grâce à des talkies-walkies. 
Ils auront à leur disposition du matériel d’escalade pour pouvoir dégager en hauteur un oiseau qui se trouverait en difficulté (accroché à cause de son bracelet par exemple).

Tous les oiseaux seront munis d’une balise émettrice, pour les localiser.


Les rapaces :

Les falconidaes  (faucons)  seront lancés d’endroits dégagés (toitures, squares...) et simuleront des attaques sur un leurre manipulé par le fauconnier. Leur vol de chasse artificiel est dissuasif et source d’inconfort pour les étourneaux.

Le soir, ce vol  retarde jusqu'à la nuit le perchage des indésirables dans les dortoirs. Le matin, il précipite leur départ.

Les accipitridaes  (buses de Harris, autours) partiront du poing du fauconnier, le soir, pour dissuader les étourneaux de se brancher et le matin, pour attaquer directement les étourneaux et  provoquer leur départ.

Les strigidaes  (hiboux et chouettes) partiront du poing du fauconnier durant les interventions nocturnes pour attaquer les étourneaux pendant leur sommeil.

L’effet de stress est indiscutable et le résultat immédiat car il provoque un déplacement des nuisibles tout au long de la nuit.

Devis :

Les devis sont réalisés, après une visite du chantier. Les individus indésirables sont comptés et la stratégie d'effarouchement est élaborée, en fonction. Seuls les frais de déplacement seront facturés, mais ils seront déduits de la première facture.




L'étourneau sansonnet :
C’est une espèce relativement facile à effaroucher. Car, cette espèce étant migratrice, les actes d’effarouchement ne font que précipiter la vague migratrice.
Vign_etourneau_effarouchement
 

Description :

L'étourneau sansonnet, en plumage nuptial, a des plumes noires irisées. On peut voir des plumes brillantes violettes et vertes sur tout son corps. Il ressemble à un merle noir, mais il a une queue courte et carrée et des ailes pointues et triangulaires. Les ailes et la queue sont noires. Le bec est jaune avec la base gris-bleu chez le mâle, et rosâtre chez la femelle. 
En plumage d'automne, les plumes sont ourlées de blanc et de chamois, donnant à l'oiseau un plumage tacheté. Le bec devient gris foncé ou noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun-roux.


Ordre : Passériformes
Famille : Sturnidés
Espèce : Sturnus vulgaris
Taille : 21 cm 

Envergure : 31 à 40 cm 

Poids  : 60 à 96 g
Longévité : 15 ans
Statut : dans de nombreux départements, classé nuisible
Distribution    : Eurasie, Amérique du Nord, sud Afrique, Australie



Habitat :

L'étourneau sansonnet vit dans des habitats très variés, zones boisées ouvertes, lisières de forêt, jardins, villes, falaises côtières, semi déserts et cultures. C'est un oiseau des terrains bas. Il est résident ou partiellement migrateur dans la majeure partie de son habitat, avec quelques populations qui bougent vers le sud pour hiverner.

Régime alimentaire :

C'est une espèce omnivore. Il peut être présent, en bandes nombreuses dans les endroits où la nourriture est abondante (décharges, poubelles, mangeoires à bétail, vergers et mangeoires de jardin). La nourriture naturelle comprend des pommes, des cerises, des chenilles, des larves de tipules, des fourmis volantes.

Mode de vie :

L'étourneau sansonnet est souvent vu en grands groupes, excepté durant la saison de reproduction. Les grands groupes sont une forme de protection contre les prédateurs. Ils sont très grégaires, se reproduisant et se nourrissant en groupes, et migrant en masse.
L’étourneau sansonnet vit près des humains dans les zones urbaines. Il peut devenir une réelle nuisance à cause du bruit et des fientes sur les lieux de repos.

Nidification :

Pour nicher, l'étourneau sansonnet préfère les sites élevés, jusqu'à 15 m, dans les maisons, les arbres, sur les falaises, parfois sur le sol si les trous sont rares ailleurs. Il rassemble de grandes quantités de matériaux si la cavité est grande : les plus grands nids peuvent atteindre plus d'un mètre de diamètre. Les feuilles vertes ajoutées au nid pourraient servir à repousser les insectes.
Ponte : la femelle pond 4 ou 5 oeufs blanc pâle, unis et brillants, par couvée. Les poussins sont nidicoles. Ils sont nourris par les deux parents, d'abord avec de la nourriture animale. Les parents nettoient le nid, en enlevant les sacs fécaux. 

Les jeunes quittent le nid au bout de 21 à 23 jours, et les parents les nourrissent pendant quelques jours encore. Quand ils sont indépendants, les jeunes se rassemblent en groupes avec d'autres jeunes oiseaux. 
Les premières portées sont plus importantes que celles de remplacement. Les femelles, qui sont les seules à couver, restent au nid pendant 12 jours. Les premiers oeufs sont pondus début avril. Les derniers jeunes arrivent à maturité en juillet. Les jeunes muent à la fin de l'été et en automne.


Signes particuliers :

Les grands groupes bruyants peuvent devenir une sérieuse source de nuisances.
Ils dorment dans des arbres qu'ils abîment. Leurs fientes endommagent les voitures et d'autres produits avec l'acide urique qu'elles contiennent. 
Le problème le plus courant est associé aux nids d'étourneaux dans les immeubles. Ces oiseaux sont des vecteurs de réintroduction des acariens et autres nuisibles envahisseurs d'immeubles. Ils transmettent aussi des organismes nuisibles aux humains et aux stocks de produits frais. 
L'exclusion est toujours la meilleure solution à ces nuisances, en fermant les grandes ouvertures de diverses manières, pour éviter l'implantation des nids.
 
Vign_Jean_Marie_MAGNIEN_fauconnier
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL
 
Jean-Marie MAGNIEN

Titulaire des certificats de capacité
élevage et présentation public
Habilité transport faune sauvage
Autorisation ouverture d’établissement
Agrément chasse au vol
Piégeur agréé

Adresse :
Village perdu au cœur des Cévennes aux alentours d'Alès 30100

Tel : 06 64 03 16 17

E-mail : leseffaroucheursduciel@bbox.fr
LES EFFAROUCHEURS DU CIEL © 2010